james dean

En réalité, tu es attaché à une laisse, avec elle, tu sais, tu ne vivra pas réellement. Mais tu as fait ton choix, et je le respecte. Tu vas me manquer, parce que tu me faisais vibrer. J'aime les hommes comme toi, mais tu es amoureux d'elle. Il faudrai peut être que tu me revois, moi et ma liberté. Tu sais, ma chair, mon corps t'arrachera à cette aliénation. Lorsque nos deux corps fusionneront, tu oublieras et tu comprendras qu'il faut que tu refuses d'être asservis à ces chaînes. Mais on ne se reverra pas, tu ne me regarderas plus, tu ne me toucheras plus parce qu'elle t'en empêche.

Adieu, cow boy.